Vélo pour randonnée et trekking : toute une philosophie

Randonneuses et vélos trekking (Fahrad Manufaktur, Rabeneik, Kona, Histoire) ou anciens vélos cyclocampeurs : les vélos cyclotouristes ou cyclo-sportifs sont aujourd’hui rejoints par les gravels et les VTT. De nouveaux formats sont apparus avec les 27,5 et les 29’’. Les propositions de cintres (guidons) sont nombreuses : cintre droit, légèrement cintré, papillon, gravel, drop

La bicyclette est aujourd’hui le moyen le plus rapide pour se déplacer en ville. C’est également le moyen le plus économique de s’échapper et de quitter la routine.

Nombreux sont les cyclistes urbains qui découvrent aujourd’hui les joies du cyclotourisme après avoir, des années durant, usé le fond de leur pantalon sur les boulevards et les avenues de la capitale. Le tourisme à vélo nous apprend à voir le paysage à une vitesse différente et appropriée au regard.

Transformez votre vélo pour la randonnée

  • Gravel aussi à l’aise sur les pavés que sur les sentiers : le vélo gravel est la machine actuelle la plus polyvalente. Avec son guidon drop multipositions, particulièrement large, et son cadre rehaussé, beaucoup plus haut que sur les vélos cyclocross, le gravel fait un peu penser aux premiers VTT : confortable, joueur, véloce, robuste et léger. Avec Kona, précurseur dans le domaine qui lui va comme un gant, Bicloune® se place en haut de l’affiche.
    Au magasin, vous trouverez de nombreux accessoires faciles à adapter pour la randonnée sur vélo gravel : porte-bagages, sacoches.
  • Vélos de route transformés : sous réserve d’un ratio approprié, la majorité des vélos devrait vous permettre de vous mouvoir au-delà des sempiternels trajets « boulot-dodo ». Les vélos de route, plus légers, à condition que la section des pneumatiques puisse être élargie, sont particulièrement performants.
    Avec les marques de porte-bagages telles que Blackburn, Tubus ou Topeak, qui innovent dans les porte-bagages adaptables sur des cadres, même sans œillet, le transport des bagages devient possible.
    Astuce : rapides à démonter, ces vélos, plus compacts que la moyenne, trouveront facilement accès dans les compartiments bagage des TGV après démontage des roues et des pédales (évitez l’installation de garde-boue, encombrants et trop longs à démonter).
    Accessoires : leviers de freins cyclocross adjoints, pneumatiques.
  • Vélos 26’’, VTT ou mountain bikes transformés pour la randonnée : l’origine des 26’’ se perd dans les vignobles californiens avec les célèbres Moutain Bikes au début des années 80. Très vite, l’usage s’élargit aux compétitions et aux grandes randonnées.
    Robustes par le diamètre de leurs roues, ils sont le plus souvent équipés d’œillets qui permettent de fixer tous les porte-bagages. Pour ce type de pratique, préférez les fourches rigides et non les suspendues, plus lourdes, qui occasionnent une déperdition cinétique.
    De même qu’avec les vélos de route, ces vélos, sans garde-boue, peuvent être facilement rangés dans un sac pour voyager dans le TGV (il est alors requis de tourner le guidon ou de déposer le cintre).
    Astuce : un film Polyane® (avec de l’adhésif) remplacera judicieusement la housse à vélo, souvent trop chère et encombrante. Après avoir défait le guidon, il est encore possible de limiter l’encombrement du cadre-fourche en tournant la fourche.
Vélo, randonnée et voyage liés depuis toujours

Vélo, randonnée et voyage liés depuis toujours

En 1860, avec l’adaptation par le Français Michaux d’une manivelle sur une ancienne draisienne confiée en réparation, les voyages vont exploser. Nombreux sont les récits anciens qui nous en parlent. Tel récemment, Le cycliste perdu (aux éditions JC Lattès), où David V. Herlihy raconte la passionnante histoire de Frank Lenz.

C’est en 1890 qu’est créé le Touring Club de France. Le terme cyclotourisme fait son apparition dans le dictionnaire la même année.

En 1904, Henri Desgrange, déjà père du Tour de France, crée les Audax : 200 km à une moyenne de 18 km/h, une épreuve d’endurance qui exclut toute notion de compétition et privilégie la solidarité avec pour philosophie « partir ensemble, arriver ensemble ».

Sur les traces de Paul de Vivie (1853-1930), alias Vélocio, la fédération française de cyclotourisme, aujourd’hui renommée FFVélo, promeut depuis 1923 le tourisme à bicyclette.

Les 7 préceptes de Vélocio:

  1. Haltes rares et courtes, afin de ne pas laisser tomber la pression.
  2. Repas légers et fréquents : manger avant d’avoir faim, boire avant d’avoir soif.
  3. Ne jamais aller jusqu’à la fatigue anormale qui se traduit par le manque d’appétit et de sommeil.
  4. Se couvrir avant d’avoir froid, se découvrir avant d’avoir chaud et ne pas craindre d’exposer l’épiderme au soleil, à l’air, à l’eau.
  5. Rayer de l’alimentation, au moins en cours de route, le vin, la viande et le tabac.
  6. Ne jamais forcer, rester en dedans de ses moyens, surtout pendant les premières heures où l’on est tenté de se dépenser trop parce qu’on se sent plein de forces.
  7. Ne jamais pédaler par amour propre.
Le vélo de randonnée, l’éloge de la lenteur à Paris

Ce n’est pas la vitesse qui guide l’effort mais la durée et la résistance. De nombreux chemins et routes permettent de quitter Paris à bicyclette, même si c’est parfois complexe avec les anciennes    infrastructures qui ont souvent été démantelées. La diversité des communes et des paysages, la variété des bâtiments, souvent très anciens, et des routes s’avère très enrichissante.

Voyager sur certains quais de Seine, s’aventurer en zone périurbaine, découvrir les friches et les quartiers investis par des populations variées sont des moyens de faire du tourisme autrement, sans partir très loin de chez soi. Oser traverser La Défense à vélo pour rejoindre Saint-Germain-en-Laye est une expérience décoiffante : attention aux jointures des dalles !

Une autre façon d’accueillir son environnement urbain et périurbain.

Une approche de la randonnée plus anglo-saxonne que française qui se développe !

Un week-end à vélo pour découvrir l’Île-de-France

Un week-end à vélo pour découvrir l’Île-de-France

La région parisienne regorge d’une histoire riche et les bâtiments à visiter sont nombreux : Musée de la photographie à Bièvres, Musée royal de Maisons-Laffitte, Manufacture de Sèvres… sans compter les nombreuses brocantes et les vide-greniers.

Le maillage des itinéraires verts, des chemins de halage, des pistes et GR dans les forêts domaniales d’Île-de-France offre autant d’expériences étonnantes. Week-ends et jours fériés donnent l’opportunité de visiter l’Île-de-France à un rythme tranquille pour s’emplir les yeux et les oreilles de sensations inédites et vivre des émotions différentes et renouvelées.

Les vêtements seront parfois différents de ceux utilisés au quotidien, les matériaux seront choisis pour leur légèreté et leur facilité de séchage : fonds de pantalon renforcés et équipés d’une chamoisine pour éviter les frottements et les douleurs de contact ; chaussures le plus souvent équipées de fixations automatiques aux pédales.

Le rétroviseur est vivement recommandé, tout comme le port du casque. Le cuissard, à même la peau, toujours conseillé, comme les gants cyclistes et les lunettes.

Randonnée à vélo, Bicloune® vous conseille…

Randonnée à vélo, Bicloune® vous conseille…

Pour mieux s’orienter, il est préférable de préparer son voyage à l’aide d’une carte ou d’une application numérique comme France vélo tourisme.

Dans les régions très urbanisées, l’Office national des forêts (ONF) a restreint l’usage du vélo aux chemins de 2,50 m de large minimum. Lorsqu’ils ne sont pas indiqués comme pistes cyclables, les chemins de halage sont interdits ou empruntés sous la seule responsabilité du cycliste.

Accessoires de randonnée, les conseils de Bicloune®

Accessoires de randonnée, les conseils de Bicloune®

Prévoyez un dispositif de signalisation pour voir et être vu ; les tunnels non éclairés sur les routes de campagne peuvent être dangereux. Munissez-vous aussi d’une protection solaire et d’eau en quantité suffisante ainsi que de quoi vous sustenter (aliments de sécurité).

Bicloune® propose des porte-bagages adaptables sur les machines sans œillet. Préférez des antivols plus légers et plus longs (mais non adaptés à la pratique citadine), les rétroviseurs en bout de guidon. Prévoyez les casques (avec sous-casques l’hiver et couvre-casques), un porte-carte, un revêtement de guidon, une sacoche de randonnée, une selle adaptée, une signalisation (passive et active : à batterie ou sur dynamo ou magnétique), les vêtements idoines (de pluie, cercle de pantalon, gants et manchons, couvre-chaussures et guêtres) …

Pièces détachées, SAV pour votre vélo de randonnée

Pièces détachées, SAV pour vélos de randonnée

Composants : assurez la pérennité de votre achat ! Bicloune® propose l’ensemble des pièces détachées indispensables à la maintenance :

  • Pièces détachées pour transmission de vitesse à boîte : commandes, câbles, embouts de câbles, chaînettes (Shimano, Sturmey, Sram-Sachs) ;
  • pièces détachées pour freins : leviers, câbles, embouts, butées et serre-câbles ;
  • pièces détachées pour roues : tendeurs traditionnels de chaîne, écrous, rétropédalage, (Shimano, Sturmey, Sram-Sachs, BSC traditionnels avant ou arrière 3/8 et 9/16) ;
  • guidon (cintre et potence), frein (levier et étrier, voire si nécessaire câble, gaine et embout), pédale (automatique, mixte, pour cale-pied ou biface), garde-boue…

SAV : dépannage ponctuel en service express sur vélos bien entretenus ; sur rendez-vous, diagnostic et réparations lourdes en atelier.